L’hiver et les températures négatives commencent à s’installer et vous avez peut-être déjà pensé à nourrir les oiseaux de votre jardin ! Cet apport de nourriture providentiel leur est bien utile pendant les périodes où la nature leur offre moins et que le sol glacé renferme les insectes. Si un bon nourrissage est utile pour les oiseaux de nos régions, quelques règles sont à respecter pour que notre intervention ne leur nuise pas !

Les bonnes pratiques

L’une des règles les plus importantes est d’éviter le surplus de nourriture. Les aliments qui restent plus d’une journée ou deux dehors prennent l’humidité, pourrissent et permettent aux bactéries de se développer. Ils attirent aussi les prédateurs comme les rats, parfois porteurs de maladies telles que la leptospirose. Il est donc important de renouveler chaque jour la nourriture et de nettoyer régulièrement les mangeoires.

Nourrissez les oiseaux sans interruption brusque. Il est conseillé de commencer à nourrir les oiseaux dès les premières gelées jusqu’à la fin de l’hiver. Durant cette période, n’interrompez pas d’un coup le nourrissage car les oiseaux habitués à venir se ravitailler quotidiennement chez vous se trouveront démunis et n’auront peut-être pas le temps de trouver un autre point de nourriture assez rapidement avant la tombée de la nuit. Nous vous conseillons de réduire petit à petit les rations à la fin de l’hiver, avant l’interruption définitive du nourrissage. Les meilleures moments de la journée pour remplir les mangeoires sont le matin et la fin de journée, période où les oiseaux se nourrissent pour affronter la nuit et ses températures. Un nourrissage à heure fixe instaure des habitudes auprès des oiseaux qui seront fidèles au rendez-vous et videront vos rations en quelques heures.


La mangeoire doit être installée en hauteur (en haut d’un piquet ou dans un arbre) pour empêcher les chats et autres prédateurs d’y accéder trop facilement. Elle doit être à un endroit découvert pour ne pas que les prédateurs puissent se cacher et approcher les oiseaux pendant qu’ils mangent. Enfin, si la mangeoire est placée près d’une vitre, installez des autocollant sur cette dernière pour que les oiseaux ne foncent pas dedans. Les oiseaux ont différents comportements et façons de se nourrir. Certains préfèrent s’accrocher aux filets, d’autres se poser à plat ou encore grimper le long d’un tronc. Enfin, certaines espèces comme les rouges-gorges préfèrent manger au sol. Dans ce cas, ne déposez pas directement les aliments par terre mais sur une planche ou une coupelle, pour éviter qu’ils ne prennent l’humidité trop rapidement.

N’oubliez pas d’installer des petites coupelles d’eau une ou deux fois par jour car même en hiver, les oiseaux ont besoin de s’hydrater et les points d’eau sont souvent gelés ! Ne remplissez pas trop les récipients afin que les oiseaux ne risquent pas d’être trempés en glissant dedans.

Quels aliments privilégier ?

Les mélanges préparés et les boules de graisse du commerce sont autorisés mais ne valent pas des mélanges de graines que vous aurez sélectionnées en fonction des besoins des oiseaux de votre région. Voici une liste des aliments conseillés pour nourrir les oiseaux de votre jardin.

Les aliments riches en nutriments à privilégier

  • Le tournesol : si vous ne deviez retenir qu’un seul aliment, la graine préférée d’un grand nombre d’oiseaux est le tournesol (les graines noires sont plus tendres et moins grasses que les graines striées). Riches en protéines, en lipides et en minéraux, les graines de tournesol présentent un apport nutritif très intéressant pour les oiseaux. Les mésanges, les verdiers, les pinsons, les pics, les sittelles…). Préférez des graines ou des mélanges bio (non traités chimiquement).
  • Le millet : riches en vitamines, amidons et minéraux, ces petites graines conviennent particulièrement aux oiseaux avec de petits becs comme les moineaux, les tourterelles, et les bruants.
  • Le chanvre : très riche en protéines, vitamines, lipides et glucides, il est prisé par les pics, les bouvreuils, les pinsons…
  • L’avoine : l’avoine concassé et débarrassé de son enveloppe sera plus simple à picorer par les passereaux au bec fin comme le rouge-gorge. Les oiseaux aiment également l’orge, le blé et le maïs concassé.
  • Les cacahuètes : en coque ou décortiquées, veillez à ce qu’elles ne soient ni salées, ni grillées ! Riches en protéines et en lipides, les mésanges, les moineaux, les rouges-gorges et les verdiers les adorent. Elles doivent cependant être conservées dans un endroit sec et frais afin qu’elles ne produisent pas l’aflatoxine, un champignon qui se développe à l’humidité et empoisonne les oiseaux.
  • Les fruits secs : amandes, noix et noisettes entières ou pilées (pour les petites espèces) plaisent à un grand nombre d’oiseaux. Les autres fruits secs comme les abricots et les raisins sont plus facilement mangeables lorsque vous les réhydratez dans un peu d’eau pour vos pensionnaires.
  • Les fruits frais : ils sont très populaires auprès des merles, des rouges-gorges, des grives, des troglodytes, des mésanges, des étourneaux, des pigeons ou encore des geais.
  • Les vers de farine : si vous arrivez à vous en procurer, ils sont appréciés par les oiseaux insectivores comme le rouge-gorge, la mésange charbonnière ou la fauvette.

Les gourmandises à donner en petites quantités

  • Les pâtes et le riz cuits non salés sont riches en amidon, ils sont recherchés par les moineaux, les tourterelles, les étourneaux et les corbeaux freux (attention, le riz cru gonfle dans l’estomac des oiseaux et peut les tuer).
  • Les pommes de terre cuites : les grives, les merles et les geai les adorent. La meilleure solution est de laisser la peau et de couper la pomme de terre en deux. Il sera plus difficile pour les gourmands de les emporter avec eux et tous les oiseaux pourront en profiter.
  • Le fromage râpé : riche en graisse, il sera intéressant par grands froids. Les rouges-gorges l’aiment particulièrement.
  • Les déchets de cuisine plaisent aux étourneaux, aux pics, aux linottes et aux grimpereaux des bois. Ne donnez pas d’aliments trop salés ou épicés.

La nourriture interdite

  • Le lait : les oiseaux ne le digèrent pas.
  • Les larves de mouches qui peuvent perforer l’estomac des oiseaux.
  • Les graines de lin ou de ricin : elles sont toxiques pour les oiseaux.
  • Le riz cru , les biscottes et le pain sec qui gonflent dans l’estomac.
  • Les aliments avariés.